Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on email
Partager

Édition #9 — 19 MAI 2019

Cher ami du whisky,

On continue à surfer sur les actualités, cette fois avec quelque chose d’encore plus récent que mon sujet sur le “meilleur whisky du monde de chez Lidl”, puisque je vais vous parler d’un annonce faite cette semaine : l’arrivée de l’intelligence articifielle dans le whisky.

Retrouvez mon avis tranché ci-dessous.

L’actualité, c’était aussi le Toulouse Whisky Festival qui avait lieu aujourd’hui. On vous fera un long débrief dans la prochaine édition, mais pour commencer, je vous ai mis quelques photos prises aujourd’hui.

Bonne lecture,

Robin

The Flying Scotsman​

Des reportages quasi-journalistiques – Par Robin

Un whisky piloté par des robots, bonne ou mauvaise nouvelle ?

L’annonce a été faite mi-mai : la distillerie suédoise Mackmyra s’est associée à Microsoft et à l’agence marketing finlandaise Fourkind pour produire un blend créé avec l’aide de l’intelligence artificielle.

Un projet avec un sex appeal grand comme ça, puisqu’il combine un spiritueux très populaire avec un mot utilisé à toutes les sauces en ce moment : l’IA, l’intelligence artificielle (AI en anglais).

Bien lancée par une solide campagne marketing (voici la page de présentation du projet), l’annonce a été reprise par bon nombre de publications ces derniers jours, pour le moment surtout dans la presse internationale.

Et alors, faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?

Seconde option pour moi ! Avant d’étayer ce point de vue, revenons rapidement sur ce que va faire cette fameuse (fumeuse ?) intelligence artificielle pour Mackmyra.

Fourkind, qui pilote le projet pour la distillerie avec le support de Microsoft, va utiliser des grandes quantités de données pour nourrir un algorithme d’apprentissage machine (le machine learning est une branche de l’intelligence artificielle). Ces données, ce sont des données de vente et les préférences des consommateurs (probablement issues de sondages).

L’objectif de l’algorithme sera simplement de prédire la recette… qui se vendra le mieux, tout en prenant en compte la faisabilité de la recette compte-tenu des stocks de whisky présents dans les chais.

Qu’on s’entende, je suis moi-même marketeur et je ne suis pas opposé à l’utilisation du machine learning. Mais ce genre de technique doit normalement permettre une plus grande personnalisation.

C’est par exemple ce que fait Amazon lorsqu’il vous propose des produits “qui pourraient vous plaire” : il analyse vos données comportementales, les compare avec toutes les autres données qu’il possède (provenant d’autres clients) et vous propose ensuite ce qui, selon ses algorithmes, vous intéressera (augmentant donc les chances que vous achetiez).

Un même fonctionnement serait possible dans l’univers du whisky, par exemple en me recommandant un whisky à essayer basé sur l’ensemble de mes dégustations passées. La Maison du Whisky utilise d’ailleurs, sur son site, un outil d’IA pour donner des recommandations de produits — avec un résultat mitigé puisque certaines recommandations sont épuisées 🙄

Mais dans le cas de Mackmyra, c’est différent. Car au lieu de personnaliser, la distillerie standardise.

En gros, Mackmyra va chercher à déterminer quelle pointure de chaussure fera le plus de ventes. S’il s’avère que c’est le 43, elle va produire du 43. Le problème c’est que tout le monde ne chausse pas du 43.

En créant un whisky basé sur les données de ventes passées (et les préférences des consommateurs, ce qui revient un peu au même), c’est exactement ça qu’on fait : créer le blend qui va plaire au maximum de monde.

C’est en tout cas comme ça que je comprends cette annonce (mais je suis bien disposé à changer d’avis sur ce projet si je l’ai mal compris).

Bref, on est ici sur un bon coup de pub plutôt que sur un exploit technique (selon ma connaissance sommaire de l’IA) ; un projet dont la principale bénéficiaire sera la distillerie, même s’il est probable que ce whisky fasse de nombreux adeptes, car il aura logiquement “tout pour plaire”.

On essaiera d’ailleurs nous-même de le goûter lorsqu’il sortira, et on vous en dira alors des nouvelles ; en attendant, on veillera au grain dès fois que ce genre d’initiative isolée commence à faire des petits… et ma légère inquiétude d’aujourd’hui se transformera alors peut-être en quelque chose d’un peu plus alarmant 😨

Idée venue en rédigeant ce texte : utiliser l’IA pour créer un blend sur-mesure pour chaque visiteur de la distillerie. Loin d’être infaisable, ce vraiment innovant, voire carrément fou !

Daily dram

Les actualités du monde du whisky

Petit aperçu du Toulouse Whisky Festival

C’est tout chaud, voilà quelques photos (de bien mauvaise qualité) de cette journée chargée :

Un accueil de feu par l’équipe du Hopsctoch qui a organisé cette journée d’une main de maître 🤘

Une grande salle bien clairsemée à l’ouverture…

…mais sacrément remplie le reste de la journée.

Une vue pas trop mal…

…et d’autres vues beaucoup plus dingues (ici, le stand Rare & Collectors) 🤤

Des masterclasses tout le long de la journée (ici “L’influence des types d’alambic” par Loch Lomond)

Et bien sûr, des dizaines de stands, des centaines de whiskies tous plus excitants les uns que les autres. On n’a pas pu tout goûter, mais on partagera nos coups de coeur dans la prochaine édition. Cheers 🥃

Ça vous a plu ?

Inscrivez-vous à la newsletter WhiskyWeekly et recevez ce genre de billet chaque dimanche dans votre boîte de réception.