Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on email
Partager

Édition #28 — 19 avril 2020

Cher ami du whisky,

On se réveille enfin après plus d’un mois d’absence et quatre dimanches de confinement sans newsletter.

On pensait que ce confinement allait nous donner du temps pour écrire davantage, puis finalement, Julien a été pas mal occupé par son nouveau rôle d’ambassadeur local pour la SMWS, et Robin s’est beaucoup focalisé sur son activité professionnelle d’indépendant, pour limiter la casse due à la crise. Alors on a un peu mis la newsletter de côté ces dernières semaines, mais nous voilà de retour.

Pour cette première édition de notre An 2 (on a soufflé notre première bougie le jour du début du confinement, snif snif), c’est Julien qui a repris la plume pour vous emmener en voyage dans les îles écossaises.

Bonne lecture,

Julien et Robin

Around the malt

Le club des 5 nouvelles distilleries hébridéennes

Aujourd’hui, je vous propose de voyager depuis chez vous avec un petit tour non-exhaustif (j’en oublierai peut-être car ça pousse comme des cèpes dans les coins du grand-père) des toutes les nouvelles distilleries de single malt scotch whisky sur les îles calédoniennes.

Besoin de prendre l’air, on prend directement le bateau !

On traverse le Firth of Clyde depuis Ardrossan et on se retrouve sur la belle île d’Arran aux 5000 âmes, connue par les amateurs de ballades pour la beauté de ses paysages et sa tranquillité… mais surtout par les amateurs de whisky pour sa distillerie éponyme.

Fondée en 1995 à Lochranza (complètement au nord de l’île) par The Isle of Arran Distillers et réputée pour la qualité de ses malts non tourbés, elle accueille depuis peu une petite sœur !

Elle se prénomme Lagg et pour affirmer très tôt ses différences, elle a pris ses quartiers près de la pointe sud de l’île face à la mer d’Irlande. Non contente d’être à l’opposée du giron familial, son premier caprice est un vrai séisme sur cette île aux malts délicats car elle produira uniquement du whisky tourbé ! On retrouve aux commandes de la distillerie Graham Omand. Natif d’Islay, ça ne s’invente pas, ce n’est pas un inconnu. Il n’est autre que le neveu de James MacTaggart, le distillery manager de Lochranza qu’il a assisté avec succès pendant près d’une décennie.

La distillerie de Lagg a commencé à produire son spiritueux en mars 2019. Elle a ouvert officiellement ses portes le 29 février 2020 et les premiers visiteurs peuvent déjà y déguster un “new make” très fortement tourbé à plus de 50 ppm.
Vous avez donc déjà fait le calcul. Si la distillerie le souhaite, elle pourra embouteiller son premier single malt au printemps 2022…

On revient sur la terre ferme, on traverse la péninsule du Kintyre sans se laisser happer par les charmes de Campbeltown, et on reprend le ferry pour Islay à destination de Port Askaig. Arrivé sur la reine des Hébrides, on prend la route vers la pointe nord de l’île en passant devant Caol Ila et, avant d’arriver à Bunnahabhain, on tombe sur le Loch Ardnahoe assorti d’une nouvelle distillerie faisant face aux majestueux Paps of Jura sur l’île voisine.

Elle se nomme Ardnahoe comme le loch la bordant et est la neuvième distillerie de l’île d’Islay. Elle est le fruit d’un rêve familial. Celui de Stewart Laing et de ses deux fils Andrew et Scott. Ils sont les propriétaires de l’entreprise Hunter Laing & Co. Ltd, spécialisée dans la production de blended whiskies et dans l’embouteillage indépendant, et basée à Glasgow.

Ils ont réalisé la prouesse de sortir de sa retraite une des légendes de l’industrie, Jim McEwan. Après plus de 30 ans à Bowmore et une quinzaine d’années à Bruichladdich où la distillerie a explosé notamment grâce à sa création de l’Octomore (réputé pour être le whisky le plus tourbé au monde), Jim a aidé Ardnahoe à créer un processus de production selon lui extrêmement qualitatif.

Il a notamment participé à l’élaboration du design des alambics dont la forme et la longueur du bras vont aider à la production d’un whisky tourbé avec d’importantes notes de fruits. Il a également milité pour l’utilisation (plutôt rare en Ecosse et unique sur l’île) de “worm tub condensers”. Ces condenseurs à serpentins vont permettre de donner une certaine légèreté à un malt plutôt riche.

Ardnahoe a commencé sa production en octobre 2018 et a ouvert officiellement ses portes le 12 avril 2019. Je pense que nous sommes nombreux à être impatient de goûter ce malt !

On retourne sur le plancher des vaches et on monte plein nord vers la sublime île de Skye où se trouvait jusqu’à présent une unique et célèbre distillerie : Talisker. Elle n’est désormais plus seule car une nouvelle venue est apparue, et Robin vous en avait parlé brièvement dans la newsletter du 13 octobre 2019 où il nous racontait son dernier road trip en Ecosse : “On s’est quand même arrêté jeter un œil à la petite Torabhaig, au sud de Skye, en production depuis 2017 et dont les premiers whiskies sortiront l’an prochain. Très belle distillerie de petite taille, en bord de mer, avec de chouettes installations. Pas de visite car trop beau temps (et car pas encore de whisky à déguster), mais voilà un arrêt à conseiller, au moins pour le cadre. Et vivement qu’on puisse découvrir leurs whiskies dans quelques mois !”

Torabhaig est l’aboutissement du projet de Sir Iain Noble, un banquier d’affaires à Edimbourg, résidant sur Skye, décédé en 2010 et qui fut un des plus fervents défenseurs de la langue gaélique. Les négociants en blended malts Mossburn Distillers Ltd ont finalisé le projet en rénovant une jolie ferme pour y installer la distillerie alimentée en eau par la rivière Allt Breacach toute proche. Et pour ne pas dépareiller avec les deux nouvelles distilleries dont je vous ai parlé plus tôt, elle sortira en 2020 les premières bouteilles d’un whisky également tourbé !

Il faut ensuite parcourir une vingtaine de miles vers le centre de l’île de Skye et prendre le ferry à Sconser pour l’île de Raasay.

Cette île de 14 miles par 5 compte uniquement 170 habitants mais depuis peu une distillerie où la salle des alambics propose une vue à couper le souffle sur les montagne de l’île de Skye face à elle.
La distillerie de Raasay porte le nom de l’île. Elle a commencé a distiller fin 2017 et espère son premier single malt pour Noël 2020. Et devinez quoi ? Ce sera également un nectar tourbé avec de l’orge locale malté autour de 40 ppm. Avec une fermentation longue de plus de 115 heures et une dernière année de maturation en fûts ayant contenu du vin rouge de Bordeaux, on peut penser que ce premier opus ne manquera pas d’originalité !

On finit notre découverte des nouvelles distilleries îliennes en embarquant pour le Far West écossais qui s’appelle les Hébrides Extérieures. Et là, tout au nord, nous avons les îles de Harris et Lewis reliées entre elles par un isthme de moins d’un kilomètre de large. Il existe, au nord sur Lewis, la très petite et pittoresque distillerie Abhainn Dearg fondée en 2018 à Carnish et qui a sorti il y a peu un 10 ans d’âge. Mais la nouveauté est la fondation de la Isle of Harris Distillery.

Fondée en 2015 dans la capitale Tarbert, elle s’est surnommée “la distillerie sociale” car elle a pour but premier de donner du travailler sur une île où le taux de chômage est important et où tous les jeunes s’en vont pour trouver du travail sur le continent. Employant aujourd’hui 40 personnes, le but semble atteint. En attendant le premier single malt qui sortira bien après les 3 ans de maturation légale, la distillerie a déjà connu un premier succès retentissant.

Son gin, marqué par la “sugar kelp” (une algue endogène de l’île) infusée et mélangée à 8 autres botaniques, a remporté le titre de gin écossais de l’année en 2018 !

Le whisky, pour rester dans la lignée des quatre autres distilleries présentées ce jour, sera aussi tourbé. Cependant, ce sera le plus léger, entre 12 et 14 ppm.

Ainsi s’achève le tour de cinq jolies nouvelles distilleries dans les îles. A noter, pour amateurs de voyages, que les trois dernières présentées dans l’article (Torabhaig, Raasay et Harris) sont réunies au sein de nouveau circuit touristique nommé le Hebridean Whisky Trail.

Sláinte !

Quelques petits trucs en vrac pour finir

  • Cédric, un de nos lecteurs, nous a partagé le compte-rendu d’une de ses récentes dégustations, avec plein de jolis whiskies. C’est très sympa à lire, alors on vous le repartage.
  • Les World Whisky Awards ont rendu leur verdict au début du mois d’avril. Le titre de meilleur single malt du monde repart au Japon avec un Hakushu de 25 ans. A plus de 3000€ la bouteille, ça va être compliqué d’y goûter…
  • Un extrait d’un documentaire écossais, tourné au Vatican et devant être diffusé ce week-end, a été censuré. La raison ? On y voit le Pape François recevoir une bouteille de Oban, et tandis qu’il la tient longuement en main, déclarer : “questa e la vera acqua santa“. Soit, en italien dans le texte: “ceci est la véritable eau bénite”. Amen François 🙏

Ça vous a plu ?

Nous n’envoyons plus de nouvelles newsletters depuis avril 2020.

Vous pouvez retrouver toutes nos éditions sur notre site ou ajouter votre email à notre liste de diffusion pour être informé si on rallume la machine.