Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on email
Partager

Whisky Quickly #2 — 14 SEPTEMBRE 2019

Cher ami du whisky,

On a eu plusieurs bons retours après notre premier Whisky Quickly, alors en attendant d’avoir un peu de temps pour écrire nos propres billets, on continue à vous partager ce qu’on a aperçu récemment sur la planète whisky.

A dimanche prochain,

Robin & Julien

#1 : 😋

Avec l’été, ça faisait un moment qu’on avait pas mis les pieds dans une dégustation, alors on s’est rattrapés lundi dernier avec la dégustation SMWS dont on vous a parlé récemment.

Un chouette moment, avec une ambiance endiablée et un Cyrille au top de sa forme.

En rafale, nos impressions du beau line-up de cette soirée :

1. All my pretty chickens. Un Speyside de 12 ans qui nous a bien plu, avec du praliné et des fruits cuits au nez, des amandes salées en bouche et une finale chaleureuse. Ça nous a beaucoup rappelé le Stealthy Luncheon Tipple, bouteille de la même distillerie qu’on avait acheté en s’inscrivant à la SMWS lors du Toulouse Whisky Festival. Bon début.

2. A delectable confection. Un Highland de 27 ans qui nous bien déçu 🙁 Le nez était sexy, entre le sirop pour la toux pour enfant, les bananes Haribo et l’ananas frais. Mais la suite nous a laissé sur notre faim, avec une finale beaucoup trop faible et un bois trop présent.

3. A tranquil beauty. Un Speyside de 10 ans qui nous a beaucoup plu. De la téquila au premier nez, qui laisse place à un fort arôme de réglisse. Une réglisse qui se confirme ensuite, et qui donne un whisky original et bon. A moins de 50€, ça nous semble être un super rapport qualité/prix.

4. A Spanish spice whack. Un autre Speyside d’une distillerie bien connue pour ses maturations en sherry. 21 ans bien portés, avec un joli nez entre la colle Scotch de l’enfance, le carton et le cuir. En bouche, c’est superbe et on y trouve… du chorizo doux, peut-être un poil suggéré par son nom. Son seul défaut pour nous : sa finale, trop faible, qui nous a un peu déçu. 4,25/5 pour Julien, adoré par la plupart des convives.

5. Vineyard mud guard. On revient dans les Highlands, avec un whisky de 11 ans fini en fût de vin rouge “STR”. Un joli nez entre pain d’épices et pruneau, du chocolat en bouche et encore du pruneau en finale. Bien réconfortant par son côté vineux, on a aimé.

6. Campfire marshmallows on singed sticks. On termine par Islay avec une distillerie dont on parle plus bas. 10 ans et un très joli whisky. Le nez nous fait penser au fish&chips au haddock fumé du Hopscotch, avec en même temps des traits de Suze, de gentiane. En bouche, de la tourbe et du fumé sans trop de surprise, mais avec une pointe de citronné. Et une très agréable longueur qui fit de ce dernier verre un succès chez les participants.

En résumé : on conseille les 4 derniers pour une dégustation, car ils sont tous les quatre très sympas, mais si on devait n’en conseiller qu’un à acheter, ce serait le #3 pour son originalité.

#2 : 🤓

Pour votre lecture du soir, on vous conseille ce chouette article de l’excellente Christine Lambert sur WhiskyMag.

Elle nous raconte sa visite chez l’embouteilleur Signatory Vintage, en compagnie des équipes de La Maison du Whisky venues sélectionner des fûts à embouteiller sous leur marque 20 Rue d’Anjou.

C’est drôle, c’est instructif, ça se lit bien, c’est parfait pour un dimanche soir !

#3 : 🛍️

Au rang des sorties de la semaine, deux chiffres : 40 et 19.

40, pour deux whiskies vieux de 40 ans sortis simultanément chez Glenrothes et Macallan. Le premier a été distillé en 1978 dans des alambics originaux de la distillerie (c’est a priori le tout dernier whisky ayant été distillé dans ces alambics qui sortira à la vente). Il a ensuite maturé dans des ex-fûts de bourbon et de sherry pendant 40 longues années et titre aujourd’hui à 43%.
Le Macallan a lui été distillé un an plus tard et a vieilli uniquement dans des sherry puncheons. Il titre étonnamment haut pour son âge, à 57,2%.

Quelle que soit votre préférence, il va falloir casser la tirelire pour vous offrir une de ces raretés : le premier sera vendu à 3000€, le second à… plus de 10000€ !!

On revient sur terre avec des whiskies plus accessibles, qui arborent fièrement ce chiffre 19. D’abord chez Ardbeg, qui a profité du calme du mois d’août pour sortir son second whisky avec mention d’âge dans sa gamme permanente (en compagnie du classique 10 ans). Nommé Traigh Bhan, nom d’une plage d’Islay, il a donc 19 ans, a été fini en fûts d’Oloroso, titre à 46,2% et ses bouteilles sont vendues entre 180€ et 200€. Les notes qu’il a reçu sur WhiskyBase sont excellentes, et nous, on a hâte d’en avoir un peu dans nos verres pour essayer cette nouveauté.

Toujours dans la série des 19, Bowmore a également annoncé un nouveau 19 ans d’âge qui sera vendu exclusivement chez… Amazon ! C’est la réédition d’un whisky lancé en octobre 2018 et qui a connu un vrai succès. Fini en fût de vin rouge du Médoc, il semble lui aussi avoir été bien apprécié par la communauté WB, au grand dam du puriste qui ne supporterait pas qu’un whisky soit vendu exclusivement par Amazon 😉
Le prix de vente devrait être en 150€ et 200€, et on ignore encore le nombre de bouteilles qui seront mises en vente.

Ça vous a plu ?

Inscrivez-vous à la newsletter WhiskyWeekly et recevez ce genre de billet chaque dimanche dans votre boîte de réception.