Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur email
Partager

Édition #8 — 12 MAI 2019

Cher ami du whisky,

Après avoir tout donné la semaine passée avec notre newsletter sur la conservation des bouteilles ouvertes (un sujet qui a suscité beaucoup de réactions parmi nos lecteurs), j’ai vraiment eu de la difficulté à écrire cette huitième édition.

Julien manquant de temps en ce moment, je me retrouvais seul face à la feuille blanche. Oh pas en manque d’idées, on en a tout un stock. Mais la plupart d’entre-elles seront plus sympa écrites à deux. Alors j’ai cherché… et je me suis souvenu de quelque chose qui m’avait interpellé il y’a quelques mois. Le web et les réseaux sociaux s’étaient alors enflammés devant une nouvelle fracassante: le meilleur whisky du monde serait chez Lidl…

Petit retour donc sur cette nouvelle, accompagné justement d’une dégustation d’un whisky Lidl.

Bonne lecture,

Robin

The Flying Scotsman​

Des reportages quasi-journalistiques – Par Robin

Le "meilleur whisky du monde" chez Lidl, really?

L’histoire se passe à la fin du mois de février dernier. Pendant quelques jours, la presse grand public française et internationale se déchaine : le “meilleur whisky du monde” serait vendu chez Lidl pour moins de 16€ !!

« Comment est-ce possible ? », m’auriez-vous demandé ! Eh bien voilà une question que nos amis journalistes ne se sont pas posés, privilégiant plutôt le caractère hautement viral d’une telle nouvelle. Et c’est ainsi qu’en quelques jours, voire quelques heures, les réseaux sociaux se sont emballés et ont propagé l’information, celle-ci se faisant reprendre dans tous les quotidiens du pays.

A l’origine de cette rumeur, un simple communiqué de presse de Lidl annonçant qu’un de ses whiskies avait bien figuré aux World Whisky Awards, remportant la catégorie des “Meilleurs blends écossais de moins de 12 ans“. Un ou deux titres de presse repèrent alors la nouvelle, font un gros raccourci, et publient les premiers articles sur le sujet, bientôt repris par tout un troupeau déformant carrément la réalité pour clamer que “le meilleur whisky du monde” est bel et bien vendu chez Lidl à moins de 20 balles. « That escalated quickly » comme ils disent 🤷

Il faut alors que de nombreux experts interviennent pour infirmer la nouvelle (dont Anne-Sophie du Hopscotch, qui a commenté sans relâche toutes les publications Facebook de la presse française), donnant lieu à de nombreux rectificatifs des journaux trop pressés.

En fait, ce whisky de Lidl dont tout le monde a parlé pendant quelques jours, un Queen Margot 8 ans, n’est qu’un des 120+ whiskies récompensés au premier tour des WWA, chacun d’eux remportant une catégorie bien spécifique. Cela n’enlève en rien la prouesse réalisée par Lidl avec ce whisky, qui a devancé d’autres blends bien connus dans sa catégorie, comme le Johnny Walker Black Label, vendu deux fois plus cher en grande surface.

Mais cette distinction dans sa catégorie ne fait évidemment pas du Queen Margot 8 ans le meilleur whisky du monde.

Et d’ailleurs, au second tour des WWA, ce whisky n’a pas fait le poids face à d’autres blends, le titre de meilleur blend écossais étant justement attribué à un Johnny Walker de 18 ans, alors que le titre de meilleur blend du monde revenait, au troisième tour, à un whisky japonais : un Hibiki 21 ans ⬇️

Si j’ai eu envie de revenir sur cette fake news, c’est surtout parce qu’elle a fait naître chez moi un intérêt pour ces whiskies de chaines hard-discount. Oh pas au point de me ruer sur des bouteilles, loin de là, mais juste par curiosité. Car ce n’est pas la première fois qu’un whisky de hard-discount fait parler de lui. Avant ce Queen Margot, Aldi et surtout Lidl ont livré quelques coups d’éclatun Glen Alba 22 ans qui se voit décerner le titre de “Meilleur blend en édition limité” en 2016, mais surtout, la même année, un Ben Bracken 22 ans qui est élu “Meilleur single malt d’Islay” devant des Ardbeg bien connus.

Et voilà que moi qui n’aurait jamais songé acheter une bouteille de whisky chez Lidl, je me mettais à penser à une dégustation comparant les différents whiskies proposés par ce genre de chaîne (un exercice auquel le célèbre Serge Valentin se prêtait déjà il y a quelques années, trouvant d’ailleurs du positif chez Lidl).

Le problème, c’est que ces whiskies a priori intéressants sont difficilement trouvables en France, et que surtout, je ne me verrais vraiment pas acheter 4 ou 5 bouteilles de whisky chez Lidl pour une telle dégustation, même à prix modeste 🙅

D’où l’intérêt d’éventuels échantillons 😉

Perfect moments (ou pas)

Nos notes de dégustation – Par Robin

Allez, essayons quand même un whisky Lidl !

C’est pas le tout de raconter des histoires, mais on pourrait au moins déguster un petit quelque chose, non ?

Eh bien voyez-vous, la fake news dont j’ai longuement parlé ci-dessus aura au moins fait une victime autour de moi. Au moment où celle-ci inondait les réseaux sociaux, je fêtais mon anniversaire et invitais quelques amis à boire un verre.

L’un d’entre eux, lisant la nouvelle et connaissant peu le whisky, s’est dit que c’était là une idée de cadeau parfaite. Il passe alors chez Lidl, cherche ce fameux Queen Margot 8 ans, mais ne trouve qu’une version plus jeune, marquée d’un 3 (le 8 ans n’était alors vendu qu’au Royaume-Uni et en Allemagne). Qu’importe, il l’embarque et me l’offre.

Moi qui, depuis, n’avait fait qu’en ouvrir le bouchon, cette newsletter était le moment idéal pour tenter une dégustation. Banzaaaiiiii 🙈

Première chose originale : l’étiquette arrière de ce blend fait mention de l’utilisation du colorant “caramel”, ce que j’ai rarement vu mentionné sur une bouteille (bon point, mais mauvais point pour l’ajout de colorant). La couleur est effectivement ambrée, mais pas à outrance.

Le premier nez est piquant, chargé en alcool malgré son faible 40°C, mais peu aromatique. On perçoit d’abord comme une acidité qui donne pas envie d’y rester trop longtemps ; en fait, ça me fait penser à mon liquide vaisselle 🤔
En se forçant un peu, j’y trouve des arômes de fruits exotiques, comme de la banane. De la pomme aussi, ou peut-être du citron. Mais dans l’ensemble, rien de très engageant… Le second nez est légèrement mieux en faisant apparaitre, étonnamment, du chêne.

En bouche, la première attaque est intéressante, difficile à décrire mais comme une (petite) agréable surprise. L’instant suivant est beaucoup moins sympathique, voire carrément sans intérêt. L’alcool est trop présent, aucun arôme ne se dégage clairement hormis du bois et du caramel. Décent, mais aucun plaisir à boire ça.
Honnêtement, jusque-là, c’était pas aussi pire que j’aurais pu imaginer. Mais c’était sans compter sur la finale.

Cette finale est désagréable, agressive et laisse un mauvais goût en bouche, comme du rance, ou comme lorsqu’on boit une boisson bourrée d’aspartame et qu’il y a ce goût spécial après avoir avalé. Une finale qui fait faire la grimace, pas besoin d’en dire plus… 🤢

Voilà donc un whisky qui sera à diluer avec une bonne dose de Coca bien frais 😅

Ça vous a plu ?

Inscrivez-vous à la newsletter WhiskyWeekly et recevez ce genre de billet chaque dimanche dans votre boîte de réception.